Tandem en roue libre

On oublie parfois que sur un tandem,
il y en a toujours un devant et un derrière…
On oublie parfois qu’il est probable que celui qui est derrière,
de temps à autre, ne pédale plus…
Et comment d’ailleurs lui en vouloir ?
Celui qui est devant s’octroie bien le droit de guider,
d’aller à gauche ou à droite…
On oublie parfois que, lorsque le voyage est harmonieux,
on ne sent plus la présence de l’autre derrière…
Il suffit d’un léger déséquilibre, l’autre se penchant à droite ou à gauche,
pour se rappeler que l’on forme un tandem.
Il suffit que le pan d’une jupe ou une écharpe se prenne dans les rayons,
pour se rappeler que ces rayons relient le coeur de la roue vers l’extérieur,
comme les liens que nous tissons.
Et si la roue n’avait plus à revenir irrémédiablement sur elle-même pour avancer ?
Et si le tandem prenait son envol ?
Peut-être ainsi n’attendrait-on pas la descente pour ne plus pédaler ?
Peut-être ainsi les ailes pourraient-elles remplacer la trame et nos liens …
Alors, les yeux rivés vers au ciel,
on ne saurait plus si le tandem avance encore
ou si ce sont des nuages qui passent.

Une réflexion sur « Tandem en roue libre »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*