Nous irons tous au paradis


Il était une fois une famille d’anges réunie en grand assemblée dans le bureau du Seigneur.
– Mes frères, dit-il, les vacances éphémères touchent à leur fin, il va falloir songer à redescendre et plancher sur votre nouveau scénario de vie pour entrer en cage terrestre !
Un brouhaha angélique envahit instantanément la salle nuageuse :
– Oh non….. déjà …..c’est reparti mon kiki….. c’est pas vrai…. Moi j’ai toujours un de ces tracs… mais la dernière fois c’était, je te dis pas, l’enfer !
Aussitôt le Seigneur les apaisa et tenta de les mettre en confiance :
– Pour cette fois, la scène se déroulera dans un pays hypertranquille :ni trop chaud, ni trop froid, pas de famine, pas de cataclysme, pas de guerre civile… enfin, pas pour tous, dans un premier temps…
Le brouhaha repris immédiatement :
– Ca y est… des injustices… j’aimerai la répartition des rôles, svp…
– Mais non, continua le Seigneur, on se dirait que ceux qui naîtront en pleine guerre civile, immigreront au bout de quelques temps… rien de traumatisant.
– Bon d’accord… oui… allons’y, dirent les anges.
– Vous comprendrez, poursuivit le Seigneur, qu’il faut quand même quelques embûches, quelques petits caps à passer, sinon ça sert à rien de se donner tout ce mal.
– Evidemment, évidemment, murmurait-on dans les rangs.
– Bon, alors une ou deux maladies par ci par là, la routine… je vous épargne les décès brutaux pour cette fois… mais il me faut quand même un volontaire pour un rôle moins glorieux, quelqu’un qui ferait le bourdon dans la chorale, un tout petit peu « mouton noir »…
Un ange s’écria alors dans la salle :
– Quel genre de mouton noir : style pervers des campagnes ? ou un nouveau dictateur ? c’est pas pareil !
– Oh non ! dit le Seigneur, beaucoup plus soft : dans le genre bon élève en classe, mais au dernier rang, poisson nageant entre deux eaux, adolescence aux mauvaises fréquentations, avec quelques prolongations, faut voir, nostalgie du paradis perdu, divorce… Alors, qui se dévoue ? qui prend le rôle ?
On entendait les mouches voler au paradis et le Seigneur s’écria : « Bande de dégonflés ! Y’a pas qu’la gloire nom de nom ! »
Le brouhaha reprit :
– Non mais, c’est facile pour lui, de loin et de haut…
– … mais quand t’as les pieds dans la mouise, j’aimerais l’y voir, pas c’est vrai ?
– c’est d’abord vu, et le spirituel dans tout ça ?

Alors le Seigneur commença à s’impatienter :
– Ecoutez mes p’tits loups, vous avez peut-être déjà développé beaucoup de qualités, j’en conviens, et une certaine gloire, mais faudrait p’t-être voir à vous secouer, parce que l’éternité vous l’avez pas encore gagnée… l’humilité, la compassion, tout ça, y’a comme un défaut… Sinon je tire au sort et là vous vous adresserez à tous les Saints, si vous en avez à disposition……
Une main se leva dans la foule :
« Bon ça va, ça va, je prends le rôle… »
– Ah, dit le Seigneur avec un large sourire, je savais que je pouvais compter sur toi, tu es bon et sans calculs. Tu verras grâce à toi plusieurs personnes dans cette salle auront l’occasion de grandir un peu et de faire des progrès, même toi d’ailleurs. Mais attention, ne fais pas trop de zèle, c’est inutile, juste un peu de fil à retordre.
Alors, au premier acte t’auras Célina, Corinne, la mère
Taponnier, la mère Palandella, Maria-Rosa, et puis Mélissa et Kaltoum, alors au deuxième acte ça ira de mieux en mieux.. et puis alors..…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*