L’Ascension et le fan-club

Je devais avoir 8 ans que je faisais déjà partie du fan-club des curés. J’allais écouter la bonne parole tous les dimanches et si je ratais un dimanche – parce qu’on allait manger la paella au bord de l’Allondon – la semaine suivante j’y allais samedi ET dimanche, pour rattraper le coup. Jusqu’à ce que je me rende compte que le curé il disait exactement la même chose le samedi ET le dimanche.

J’y allais toute seule au fan-club, personne m’a obligée, pendant ce temps mon père mettait les bigoudis à ma mère et ils faisaient ce qu’ils n’avaient pas le temps de faire pendant la semaine.

J’étais désolée de ne pas pouvoir devenir curé, et c’est resté longtemps un mystère de savoir pourquoi les filles ne pouvaient pas divulguer la bonne parole.

Mon curé il disait que « Dieu l’avait appelé », je ne cessais de lui demander comment il l’avait entendu, parce que moi j’aurais bien voulu qu’Il m’appelle aussi…mais Il semblait sourd à mes questions.

Moi je Lui posais plein de questions :
– Pourquoi certains sont plus riches que d’autres ?
– Pourquoi certains naissent handicapés  ?
– Pourquoi des enfants meurent de faim ?
– Pourquoi il y a des mamans qui meurent ?
– Pourquoi certains sont vraiment pas gentils ?
Et pourquoi ?…et pourquoi ?

Ben le curé, il avait de loin pas toutes les réponses ! Peut-être qu’il existait d’autres curés qui avaient mieux appris et qu’ils avaient les réponses…

Je suis restée très active au fan-club. J’avais pris un rendez-vous individuel chez l’abbé – oui, je n’ai jamais compris la distinction entre l’abbé et le curé, mais il y en avait une – pour lui poser expressément la question : « est-ce que l’enfer ça existe ? » et il a pris le temps de me répondre…
« l’enfer existe comme le paradis d’ailleurs, il commence ici et maintenant, si tu veux tu vis en enfer, si tu veux tu vis le paradis » Waouw ! Trop fort l’abbé ! Et ça je m’en souviens encore.

Le temps a passé et j’ai revu ma copie, mais j’ai pu constater autour de moi que cette dimension existentielle, spirituelle, si elle n’existe pas, sous une forme ou une autre, nos ados en souffrent !
S’ils se tourmentent, parce qu’ils ne sont pas dupes et qu’ils voient bien que le monde adulte déconne, s’ils en souffrent même, tôt ou tard, ils risquent de partir en cacahuètes.

Tous les enfants demandent si la petite souris existe, si le père Noël existe, si Dieu existe. Tous ! Alors, ne vous défilez pas, répondez ce que vous pensez, ce que vous espérez… Dites-leur ce que vous craignez, comment vous vous éclatez, comment vous trouvez un sens à ce que vous vivez, quels sont les moments qui vous élèvent dans un état de grâce qui vous relie au grand Tout.

Quel est votre fan-club ? Que ce soit le foot, la cuisine, la musique, les ballades, peu importe, il y a des activités qui vous mettent en joie, dites-leur votre joie !

Quand ils partagent votre joie, la vie prend du sens et, peu importe quel en est le contexte, « cela est juste et bon, toujours et en tout lieu » comme disait l’autre…

Aujourd’hui c’est l’Ascension !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*