A travers les travers

Le petit Barnabé (prénom fictif) a 4 ans, il se dirige d’un pas décidé vers le bac de feuilles, il me regarde droit dans les yeux, pendant que j’attends que chacun vienne sur les petits bancs. Il ne me quitte pas du regard, très fier, avec sa feuille il s’assied et s’exclame qu’il veut faire un dessin. Alors, le plus calmement du monde je lui explique que ce n’est pas le moment, nous l’attendons sur les bancs, nous avons besoin de lui, de ses remarques, de sa participation. Il pose avec rage sa feuille et fond en larmes, ou plutôt il devient rouge de colère. Il s’assied avec rage sur les petits bancs. Une grosse colère l’envahit, il doit être encore plus en colère d’être en colère, il cache sa bouche dans le creux de son bras. Il suffoque, il hurle dans son pull qui assourdit ses pleurs. Il essaie de retenir ce flot qui le dépasse, je ne vois que ses yeux remplis de larmes. Je lui chuchote d’aller boire un verre. Un poil soulagé il se lève, il va boire. (Pourvu qu’il ne s’étouffe pas). Il hoquette, il respire, il vient s’asseoir à nouveau sur les bancs avec le groupe. Je le félicite en lui disant qu’il est un preux chevalier, qu’il a évincé le dragon de la colère et qu’il peut être très fier de lui. Il me regarde, le regard encore larmoyant, peut-être un peu triste, il acquiesce.

Dans mon coeur, je suis émerveillée par sa force, sa détermination, sa fougue, sa passion, j’espère qu’il conservera toutes ces facettes sa vie durant. Cette force lui a permis de prendre sur lui, il s’est maîtrisé tout seul. C’est du vif argent ce Barnabé, il peut accompagner une comptine de coccinelle avec la gestuelle et l’intonation d’un rythme de rock & roll.

A longueur de journée cette fougue envahit toute la classe, dynamise le groupe qui part en cacahuètes, mais ce n’est pas le seul… Ils se donnent le mot, c’est chacun son tour, une ébullition perpétuelle. Mais Barnabé c’est la grandeur de l’enfance dans des éclats de rire contagieux.

Les parents de Barnabé se demandaient s’il n’était pas hyperactif…mais non madame, Barnabé est un passionné. Il est pleinement dans le moment présent, il ne voit rien, il n’entend rien, plongé dans le plaisir de son jeu qu’il vit avec tout son corps. La vie est une grande fête.

Derrière chaque défaut se cache une qualité qui sera valorisée bien plus tard, quand il n’y aura plus de carnet et qu’on sera payé pour continuer à agir ainsi…

  • Il est influençable, il se laisse entraîner par ses camarades. Mais c’est parce qu’il est réceptif…
  • Elle est entêtée, elle ne raisonne pas, rien ne la fait changer d’avis. Mais parce qu’elle est persévérante…
  • Il est dans la lune, il ne suit pas la leçon, il n’écoute pas les consignes. Mais c’est parce qu’il est plein d’imagination et de créativité en devenir.
  • Elle est impertinente, elle se permet de faire des remarques. Mais parce qu’elle vérifie qui est en face d’elle, elle recherche votre authenticité.
  • Il est mou et indolent, paresseux et lent. Mais parce qu’il est doux et tendre.
  • Elle ne respecte pas ses camarades, elle commande tout le temps. Mais parce qu’elle mènera des équipes de travail.
  • Il invente des histoires et ne raconte que des mensonges. Mais parce qu’il sera romancier.
  • Elle rapporte tout le temps, c’est une rapporteuse. Elle sera journaliste.
  • Il apporte des jouets ou des cartes en classe et ça fait des histoires quand il les échange avec ses camarades. Il sera businessman.
  • Elle a toujours son mot à dire, elle négocie et ergote sans cesse. Elle sera avocate.
  • Etc, etc…

N’est-ce pas drôle de savoir que ce n’est pas le lait qui a tourné, mais un fromage en devenir ; que ce n’est pas du pain qui est trop dur, mais de la panure potentielle ; qu’il suffit d’un rien pour que le vin bouchonné devienne du vinaigre et que le beurre rance nourrisse un vieux cuir…

C’est une belle aventure de voir à travers les travers, car dans la nature il n’y a pas de mauvaise herbe, il n’y a que des plantes dont on ne connaît pas ou plus les vertus.

Je vous souhaite d’avoir la main verte…moi je m’y attèle !

4 réflexions sur « A travers les travers »

  1. Un regard positif qui fait du bien ! J’imagine un petit dépliant avec la liste des “défauts” actuels = qualités à venir, à offrir aux parents découragés…..

  2. ça fait du bien de lire ça, et je suis sûre que cette liste serait utile aux parents inquiets… on perd si souvent le sens du bon sens, quand on est jeune parent.
    c’est encore une fois magnifique , Rirose.
    Merci et gros bisous
    Nadine

  3. Oh quelle belle histoire ! C’est le revers de la médaille de nos défauts ! Et bien sûr, chacun se repère dans ta liste… 🙂
    C’est beau.
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*